Minimal invasive surgery on Primates

Minimal invasive surgery on Primates

 

Often, wild and exotic animals, give difficulties to the clinician to achieve a definitive antemortem diagnosis. Besides serologic tests, a definitive diagnosis often relies on the demonstration of a host pathologic response and identification the causative agent. The major advantages of endoscopy over traditional methods are the ability to clearly visualize internal structures with magnification. It offers a minimally invasive means of collecting biopsies, hence achieving a definitive diagnosis, which in turns enables more accurate and targeted therapy and improved case success.

Veterinarians who treat nonhuman primates must efficiently develop and carry out diagnostic and therapeutic plans, to satisfy appropriate species care standards, and assure biosecurity for the animals and the keepers (or clients). The endoscopic procedures performed in nonhuman primates are the same as seen in humans. The limit will be the material and the experience of the surgeon.

This workshop shows some endoscopic procedures in nonhuman primate medicine: rhinoscopy, laparoscopy, and minimal invasive surgery (MIS).

Diffusion de connaissance

Diffusion de connaissances, scientifiques et spécialisées, informelles, pédagogiques

 

Pratique des Animaux Sauvages et Exotiques

  

Création de la première revue vétérinaire francophone spécialisée dans la médecine et la chirurgie des animaux sauvages et exotiques. Arrêt en 2012.

 

Editions d’ouvrages (voir Librairie)

  

 

Congrès Internationaux

   

     

 

 

Workshop 

 

Endoscopie sur les exotiques

Médecine et chirurgie des Reptiles

Téléanesthésie

Chirurgie osseuse chez les Oiseaux

Dentisterie

Amphibiens

 

Jungle Doctor

Aimer les animaux, c’est protéger la planète !

BAT_JUNGLE_DOCTOR

Jungle doctor – Vétérinaire aux 4 coins du monde

Par Norin Chai, vétérinaire en chef de la Ménagerie

et directeur adjoint de la Ménagerie, le zoo du Jardin des Plantes depuis 2002.

Mise en vente : 16 février 2016 ;  Prix 15,95 €

 

Les aventures d’un vétérinaire appelé aux quatre coins de la planète pour venir en aide aux animaux sauvages malades ou blessés.

Des histoires vraies et passionnantes : sauvetage d’une éléphante orpheline en mal de vivre, opération de la cataracte sur un singe hurleur devenu aveugle, chirurgie sur un jaguar qui a avalé un tuyau de pompier, insuffisance cardiaque chez un suricate, traitement d’une tortue anorexique

Au-delà de l’aspect sensationnel de ces interventions, une découverte des particularités du métier de vétérinaire de faune sauvage et une sensibilisation à la protection des animaux et du vivant sur la planète.

Un auteur « humaniste et altruiste » qui considère qu’être vétérinaire est une façon de soigner le monde.

Depuis septembre 2012, il a fait partager sa passion des animaux à travers L’Arche de Norin, une série de documentaires animaliers sur France 2. Imprégné de spiritualité bouddhiste, Norin Chai tente de faire partager sa vision généreuse de la préservation de la planète.

 Éditions LAROUSSE

Activités en Amérique

1 – Aide à l’expédition à la recherche du Tamarin à manteau doré sur les rives du Rio Napo (Equateur)
Prises des premières photos de Tamarin à manteau doré en milieu naturel

2 – Réhabilitation de la faune sauvage et aide aux enfants défavorisés dans la région de Sao Paulo (Brésil)

3 – Aide au projet Ikamapérou : sauvegarde et réintroduction des singes laineux au Pérou

Le projet Ikamapérou à Tarangue (vallée de l’alto Mayo) a 4 aspects.
1 – Réhabilitation de singes laineux et de singes araignées issus du trafic illégal qui vivent dans des territoires séparés en free ranging dans 70 hectares de foret et surveillés en permanence par les soigneurs. Ils  passent la nuit dans leur enclos.
2 – Conservation in situ de Callicebus oenanthe dont le statut est récemment
proposé comme critiquement menacé. Un travail d’investigation récent sur place a permis d’identifier une vingtaine de groupes vivant à Tarangue (Aotus miconax classé vulnerable est également présent à Tarangue ainsi que Saguinus fuscicolis).

3 – Programme de reboisement et enrichissement de forets secondaires. Restauration d’écosystemes.

4 – Travail de sensibilisation avec les autorités pour lutter contre le trafic illégal de primates.
Travail de réflexion avec les communautés indiennes jivaros présentes dans la région.

Concrètement l’aide de Yaboumba est arrivée a un moment critique ou les installations ne permettaient pas de faire face à l’arrivée de nouveaux primates dans de bonnes conditions. Or étant le seul centre de réhabilitation de primates au Pérou il est fondamental d’ encourager les autorités à cibler leur travail sur les trafficants en offrant un lieu d’ accueil aux animaux confisqués. Les autorités étaient découragés de voir les animaux mourir à petit feu dans les dépôts d’Inrena ou aucun budget ne leur permettaient de les nourrir… Certains ont passé plusieurs années sans pouvoir se tenir
debout dans leurs cages…

Plus d’informations

4 – Aide au projet de l’Association Colimo : Sauvegarde du singe atèle au Costa Rica (http://www.colimo.free.fr).

 

5 – Recherche et conservation au Costa Rica : voir Onglet Recherche

 

Asie Cambodge Social

Valorisation des richesses locales (faunistique et culturelle), lutte contre la pauvreté, appui à l’équité social

 

1-  Edition de livres cambodgiens écrits et illustrés par les bonzes en 1965, riches de dessins d’animaux et relatant des légendes traditionnelles. Ces ouvrages ont été distribués à la pagode de Krapeu Chhaet, dans la province de Kandal ainsi que dans d’autres pagodes du pays.

2- Edition et distributions de livres cambodgiens dans les écoles de banlieues de Phnom Penh.

3- Acheminement de France, d’ordinateurs à la pagode de Rokar Kandal et dans deux universités de la province de Kratie (nord est du Cambodge).

4- Restauration d’une pagode (province de Kandal) : creusement de puits, construction d’escaliers

5- Construction d’un Stupa pour les déshérités (province de Kandal)

6- Construction d’une école au Phnom Kulen (Cambodge)

7- Construction d’une aire de jeux à l’Ecole  » Sa Majesté la Reine Monineath Sihanouk « , inaugurée sous le haut patronage de S.A.R. Norodom Preyasophon. Oudong, province de Kompong Speu (Cambodge)

Asie Cambodge Villages 2006

Expertise vétérinaire pour des villageois au Cambodge

Expertise vétérinaire dans un village reculé au sud de Phnom Penh en 2006.
Le chef d’un village nous a sollicités pour des conseils vétérinaires sur les élevages de sa commune. Comment il a eu de vent de notre présence reste un mystère… Il reste que nous avons donc accédé à son village par le fleuve, identifié les principaux problèmes qui nous semblaient « facilement » résolvables et donné des conseils zootechniques. Nous avons également effectué des examens cliniques sur quelques spécimens… le tout en cambodgien.

(cf rapport de Mission 2006 novembre Cambodge)

Asie Cambodge Apiculture 2006

Initiation d’un projet pilote Apiculture au Cambodge

Description 
Au Cambodge, l’exploitation intensive de certaines ressources naturelles (déforestation, braconnage, apiculture de cueillette) a des effets néfastes directs et indirects sur la biodiversité. Ce projet pilote de création d’une apiculture raisonnée a pour objectif de développer localement une micro-économie alternative, respectueuse de l’environnement. Il s’intègre dans un programme fondé sur un développement durable, programme de conservation et de valorisation de la biodiversité de ce pays.

Finalités
Les objectifs à moyen- long terme sont de :

· Maîtriser une ressource très faiblement exploitée et substituer une apiculture mobiliste raisonnée à l’apiculture de cueillette intensive qui aboutit à une destruction de colonies et à la raréfaction des abeilles sauvages d’espèces autochtones.

· Eduquer et sensibiliser la population concernée par le projet à l’importance de leur environnement et en particulier au problème de la déforestation massive (notamment exploitation de bois précieux), responsable de la raréfaction de nombreuses espèces sensibles. Ce projet se veut initiateur d’un cercle vertueux en impliquant les populations locales dans la protection de leur environnement : le développement de cette ressource nouvelle que constitue l’apiculture est en effet étroitement lié à la préservation des forêts.

· Permettre aux populations autochtones de produire elles même du miel (source d’énergie et de commercialisation), de la cire (confection de bougies traditionnellement utilisées dans les rituels bouddhistes) et de la propolis (antiseptique et antirouille biologique). Le développement de ce projet mènera probablement à la constitution d’une micro-économie locale dans des zones tampons ou proches d’aires protégées. Synonyme de développement durable, elle pourrait représenter une alternative à certaines pratiques actuelles, nuisibles pour l’environnement (par ex. braconnage à des fins commerciales).

Méthodologie

· Cours d’apiculture au personnel de l’Administration forestière, central et régional

· Edition d’un manuel d’apiculture

· Choix du lieu pour le projet pilote (construction d’une structure pédagogique de base)

· Fourniture de ruches et de matériel apicole

· Identification des

· Production de miel et aide économique de la population locale

· Control et entretien des ruches et des connaissances locales

Les acteurs

· Yaboumba et la SECAS (coordination)

· Muséum National d’Histoire Naturelle (apport scientifique)

· Ministère de l’agriculture, des forêts et de la pêche (partenaire officiel et crédibilité institutionnelle)

Activités réalisées

· Invitation des personnels du ministère de l’agriculture du Cambodge en France pour une première approche de l’apiculture et pour montrer un exemple concret de fonctionnement d’un rucher école.
· Récoltes de données sur l’apiculture au Cambodge
· Capture et installation de colonies sauvages au Animal Rescue Centre de Phnom Tamao
· Achat de ruches à Apis mellifera au Vietnam et installation à l’Animal Rescue Centre de Phnom Tamao
· Construction d’un abri pour les ruches
· Formation des personnels du centre par la théorie (vidéos, supports pédagogiques) et la pratique avec la fourniture de kits complets pour apiculteur
· Initiation d’un jumellage Yaboumba – Phnom Tamoa – Université Royale du Cambodge : les étudiants cambodgiens ont des cours théoriques sur l’apiculture mais n’ont jamais eu l’occasion d’avoir des cours pratiques
· Invitation du Doyen de l’Université en France et démonstration / visite dans un rucher école au Parc de Clères
· Prise en charge d’une stagiaire vétérinaire pour le suivi des ruches au Cambodge pendant 4 mois
· Entretien des ruches et indemnisation (en nature) du personnel « apicole »
· Achat de nouvelles ruches à Apis mellifera au Vietnam et installation à l’Université Royale de l’Agriculture à Phnom Penh
· Entretien des ruches et indemnisation (en nature) du personnel « apicole »
· Supervision d’un Master sur l’Apiculture

Voir le rapport de mission : 2006 novembre Cambodge

Asie Cambodge Teuk Tchou 2002

Audit de l’Animal Rescue Center de Kampot (Cambodge) : création d’une vitrine pédagogique vivante pour la conservation, élaboration d’un master plan

Yaboumba, en partenariat avec le laboratoire Pfizer santé animale, a mené du 12 au 14 novembre 2002, une étude d’un parc zoologique dans le sud du Cambodge, le National Animal Resource Center ou Teuk Cho zoo ( » zoo de la rivière « ) appartenant au député de la région, M. Nhim Vanda. Les motivations de cette entreprise ont surtout été l’originalité du concept de ce parc et le réel souci de la conservation de son propriétaire. Cette étude visait plusieurs objectifs : élaboration d’un audit du centre animalier, conception et élaboration d’une brochure du centre, conception et élaboration d’un guide zoologique du centre.

Cf Rapport d’audit : audit-zoo2002

 

Asie Cambodge Phnom Kulen 2006

Aide au projet de renforcement de population du gibbon Hylobates pileatus dans le parc National du Phnom Kulen, (Cambodge) – dans le cadre d’une thèse vétérinaire

Le site exceptionnel d’Angkor masque souvent l’importance tout aussi exceptionnelle de la richesse faunistique du pays. Phnom Kulen, abrite une forêt riche et encore très bien préservée. L’idée est d’étudier et d’évaluer cette richesse pour proposer des actions concrètes de valorisation du site et faire de ce lieu un exemple d’harmonisation entre Nature et Civilisation. De plus, malgré son statut de parc national et les efforts de l’Administration Forestière, persistent encore braconnage et déforestation. Proposer des actions concrètes pourrait aider les forces gouvernementales á préserver ce site et sensibiliser la population locale.
Cette sensibilisation passerait notamment par la proposition de nouveaux débouchés économiques : participation á la protection, à l’écotourisme…
Le projet reste de néanmoins qu’une étude, et l’étudiante n’effectue ici qu’une thèse vétérinaire sans action concrète. Son travail, en revanche pourra servir de base à d’autres projets d’études voire de projets avec des réalisations pratiques.

 

Titre de la thèse :

Mélanie Berthet. « Etude de faisabilité de la réintroduction du Gibbon à Coiffe (Hylobates pileatus) dans le parc national du Phnom Kulen, Cambodge : Premières réflexions ». Thèse vétérinaire, Ecole Nationale vétérinaire de Nantes. 2006