Asie Cambodge Villages 2006

Expertise vétérinaire pour des villageois au Cambodge

Expertise vétérinaire dans un village reculé au sud de Phnom Penh en 2006.
Le chef d’un village nous a sollicités pour des conseils vétérinaires sur les élevages de sa commune. Comment il a eu de vent de notre présence reste un mystère… Il reste que nous avons donc accédé à son village par le fleuve, identifié les principaux problèmes qui nous semblaient « facilement » résolvables et donné des conseils zootechniques. Nous avons également effectué des examens cliniques sur quelques spécimens… le tout en cambodgien.

(cf rapport de Mission 2006 novembre Cambodge)

Asie Cambodge Apiculture 2006

Initiation d’un projet pilote Apiculture au Cambodge

Description 
Au Cambodge, l’exploitation intensive de certaines ressources naturelles (déforestation, braconnage, apiculture de cueillette) a des effets néfastes directs et indirects sur la biodiversité. Ce projet pilote de création d’une apiculture raisonnée a pour objectif de développer localement une micro-économie alternative, respectueuse de l’environnement. Il s’intègre dans un programme fondé sur un développement durable, programme de conservation et de valorisation de la biodiversité de ce pays.

Finalités
Les objectifs à moyen- long terme sont de :

· Maîtriser une ressource très faiblement exploitée et substituer une apiculture mobiliste raisonnée à l’apiculture de cueillette intensive qui aboutit à une destruction de colonies et à la raréfaction des abeilles sauvages d’espèces autochtones.

· Eduquer et sensibiliser la population concernée par le projet à l’importance de leur environnement et en particulier au problème de la déforestation massive (notamment exploitation de bois précieux), responsable de la raréfaction de nombreuses espèces sensibles. Ce projet se veut initiateur d’un cercle vertueux en impliquant les populations locales dans la protection de leur environnement : le développement de cette ressource nouvelle que constitue l’apiculture est en effet étroitement lié à la préservation des forêts.

· Permettre aux populations autochtones de produire elles même du miel (source d’énergie et de commercialisation), de la cire (confection de bougies traditionnellement utilisées dans les rituels bouddhistes) et de la propolis (antiseptique et antirouille biologique). Le développement de ce projet mènera probablement à la constitution d’une micro-économie locale dans des zones tampons ou proches d’aires protégées. Synonyme de développement durable, elle pourrait représenter une alternative à certaines pratiques actuelles, nuisibles pour l’environnement (par ex. braconnage à des fins commerciales).

Méthodologie

· Cours d’apiculture au personnel de l’Administration forestière, central et régional

· Edition d’un manuel d’apiculture

· Choix du lieu pour le projet pilote (construction d’une structure pédagogique de base)

· Fourniture de ruches et de matériel apicole

· Identification des

· Production de miel et aide économique de la population locale

· Control et entretien des ruches et des connaissances locales

Les acteurs

· Yaboumba et la SECAS (coordination)

· Muséum National d’Histoire Naturelle (apport scientifique)

· Ministère de l’agriculture, des forêts et de la pêche (partenaire officiel et crédibilité institutionnelle)

Activités réalisées

· Invitation des personnels du ministère de l’agriculture du Cambodge en France pour une première approche de l’apiculture et pour montrer un exemple concret de fonctionnement d’un rucher école.
· Récoltes de données sur l’apiculture au Cambodge
· Capture et installation de colonies sauvages au Animal Rescue Centre de Phnom Tamao
· Achat de ruches à Apis mellifera au Vietnam et installation à l’Animal Rescue Centre de Phnom Tamao
· Construction d’un abri pour les ruches
· Formation des personnels du centre par la théorie (vidéos, supports pédagogiques) et la pratique avec la fourniture de kits complets pour apiculteur
· Initiation d’un jumellage Yaboumba – Phnom Tamoa – Université Royale du Cambodge : les étudiants cambodgiens ont des cours théoriques sur l’apiculture mais n’ont jamais eu l’occasion d’avoir des cours pratiques
· Invitation du Doyen de l’Université en France et démonstration / visite dans un rucher école au Parc de Clères
· Prise en charge d’une stagiaire vétérinaire pour le suivi des ruches au Cambodge pendant 4 mois
· Entretien des ruches et indemnisation (en nature) du personnel « apicole »
· Achat de nouvelles ruches à Apis mellifera au Vietnam et installation à l’Université Royale de l’Agriculture à Phnom Penh
· Entretien des ruches et indemnisation (en nature) du personnel « apicole »
· Supervision d’un Master sur l’Apiculture

Voir le rapport de mission : 2006 novembre Cambodge

Asie Cambodge Teuk Tchou 2002

Audit de l’Animal Rescue Center de Kampot (Cambodge) : création d’une vitrine pédagogique vivante pour la conservation, élaboration d’un master plan

Yaboumba, en partenariat avec le laboratoire Pfizer santé animale, a mené du 12 au 14 novembre 2002, une étude d’un parc zoologique dans le sud du Cambodge, le National Animal Resource Center ou Teuk Cho zoo ( » zoo de la rivière « ) appartenant au député de la région, M. Nhim Vanda. Les motivations de cette entreprise ont surtout été l’originalité du concept de ce parc et le réel souci de la conservation de son propriétaire. Cette étude visait plusieurs objectifs : élaboration d’un audit du centre animalier, conception et élaboration d’une brochure du centre, conception et élaboration d’un guide zoologique du centre.

Cf Rapport d’audit : audit-zoo2002

 

Asie Cambodge Phnom Kulen 2006

Aide au projet de renforcement de population du gibbon Hylobates pileatus dans le parc National du Phnom Kulen, (Cambodge) – dans le cadre d’une thèse vétérinaire

Le site exceptionnel d’Angkor masque souvent l’importance tout aussi exceptionnelle de la richesse faunistique du pays. Phnom Kulen, abrite une forêt riche et encore très bien préservée. L’idée est d’étudier et d’évaluer cette richesse pour proposer des actions concrètes de valorisation du site et faire de ce lieu un exemple d’harmonisation entre Nature et Civilisation. De plus, malgré son statut de parc national et les efforts de l’Administration Forestière, persistent encore braconnage et déforestation. Proposer des actions concrètes pourrait aider les forces gouvernementales á préserver ce site et sensibiliser la population locale.
Cette sensibilisation passerait notamment par la proposition de nouveaux débouchés économiques : participation á la protection, à l’écotourisme…
Le projet reste de néanmoins qu’une étude, et l’étudiante n’effectue ici qu’une thèse vétérinaire sans action concrète. Son travail, en revanche pourra servir de base à d’autres projets d’études voire de projets avec des réalisations pratiques.

 

Titre de la thèse :

Mélanie Berthet. « Etude de faisabilité de la réintroduction du Gibbon à Coiffe (Hylobates pileatus) dans le parc national du Phnom Kulen, Cambodge : Premières réflexions ». Thèse vétérinaire, Ecole Nationale vétérinaire de Nantes. 2006

 

 

Asie Wanariset2003

Aide au projet Wanariset i Samboja (Bornéo) : réinsertion dans la nature d’orangs-outans nés en captivité ou arrachés à leur mère par des braconniers.

Cf article correspondant : Wanariset2003
Quel avenir pour les Orangs Outans ? Par Emmanuelle Grundmann

Asie Kalaweit 2006

Aide au programme Kalaweit (Bornéo) : réhabilitation de gibbons, fonctionnement d‘un centre de recherche et d’éducation pour la conservation. (2006)

Kalaweit représente le projet le plus anciennement soutenu par Yaboumba, interpellé autant par le destin du Gibbon que par la personnalité et le courage d’Aurélien Brulé. Il consiste en la réalisation d’un programme pour gibbons captifs à Bornéo, en vue de leur retour à la vie sauvage. En effet, les jeunes sont prisés comme animaux de compagnie mais à la maturité sexuelle (7 ans) l’animal devient agressif et est très souvent abandonné ou tué. Au moment de la capture, les parents ont eux-mêmes été tués.Contrairement à l’orang-outan, il n’existait aucun programme de réhabilitation pour le gibbon à Bornéo.
La réhabilitation ne consiste pas en une simple « réintroduction ». Elle doit avant cela mettre en oeuvre un processus d’apprentissage qui permette la réémergence de comportements « naturels » (alimentation, déplacement, vie de couple, chants). Cela prend plusieurs années. L’essentiel de la réhabilitation se réalise en volière.
Kalaweit est né officiellement en 1997 à Bornéo. Autrefois, petit projet soutenu financièrement par quelques amoureux des gibbons, Kalaweit est devenu le plus grand refuge pour gibbons au monde… Plus de 240 gibbons et siamangs orphelins sont devenus les protégés de Kalaweit à Bornéo et Sumatra !
En Septembre 1999, l’association Kalaweit obtient un protocole d’accord avec le gouvernement indonésien afin de créer le premier programme de conservation des gibbons, incluant :
1. réhabilitation des gibbons orphelins,
2. Information et Education des populations locales
3. Protection de la forêt de Bornéo.
Deux mois plus tard, Construction de la station et de la première cage d’acclimatation. En février 2000 commence la sensibilisation des villageois et des bûcherons. En avril, accueil des 3 premiers gibbons saisis avec l’aide de la police. Au mois de mai, Chanee (gibbon en malais) lance sa première émission de radio et, le mois suivant inaugure la première volière.
Un premier gibbon est relâché : Yola. L’année suivante Yola s’accouplera avec un gibbon sauvage, preuve que la réinsertion en forêt, avec une population de gibbons sauvages est possible.
La rapide extension de Kalaweit depuis 2002 a été possible grâce au soutien de la « Fondation Gibbon » (une organisation suisse privée consacrée à la protection de la vie sauvage en Indonésie). Cette organisation devait être le soutien de Kalaweit pour de nombreuses années. Jusqu’en décembre 2004, les animaux arrivaient par dizaines à Kalaweit, en provenance des refuges financés par la « Fondation Gibbon ». Cela rentrait dans le « programme national » de cette organisation pour mettre fin aux trafics d’animaux… En début d’année 2005, Le directeur exécutif de la « Fondation Gibbon », Willie Smits, informe Kalaweit des problèmes financiers de la fondation. Cette organisation ne peut plus désormais financer Kalaweit qui se voit donc amputé de son principal sponsor ! Cette même fondation arrête ainsi 70 % de ses activités, fermant de nombreux refuges…
C’est aujourd’hui l’état d’urgence à Kalaweit et ils ont (plus que jamais) besoin d’aide ! Kalaweit lance un appel à tous les amis de Kalaweit, aux medias, aux personnalités, aux organisations internationales de conservation et de défense des animaux, et à toutes les personnes sensibles au sort des gibbons ! A ce jour, 5 gibbons, à Bornéo, et 2 siamangs, à Sumatra ont retrouvé la forêt.

Si Yaboumba soutient Kalaweit financièrement, c’est par une aide pratique qu’elle essaye de lui être le plus efficace : don de puces électroniques, de matériel médical.

 

 

Cardiologie des éléphants

Cardiologie des félins sauvages

Les affections cardiaques en parcs zoologiques sont sous-diagnostiquées et restent souvent des découvertes d’autopsie. Or, les félins captifs, à forte consanguinité, peuvent être atteints de cardiopathies congénitales ou acquises. De ce constat, un programme global d’études, de diagnostic et de soins en cardiologie de la faune sauvage a vu le jour sous la direction de Norin Chaï (vétérinaire à la Ménagerie du Jardin des Plantes) et de Valérie Chetboul (Unité de Cardiologie de l’école nationale vétérinaire de Maisons-Alfort), avec la constitution du Wildlife Cardiology Group, impliquant des vétérinaires bénévoles des deux équipes.
Une sténose pulmonaire traitée chirurgicalement chez une panthère

C’est dans le cadre de ce programme qu’une panthère des neiges avait pu bénéficier avec succès en 2011 de la première correction chirurgicale d’une malformation cardiaque congénitale (sténose pulmonaire). Une première étude, initiée il y a 5 ans par le WLC Group et visant à développer une base de données sur les paramètres cardiologiques des grands félins sauvages, vient aussi de porter ses fruits sous la forme d’une publication majeure dans le Journal of Zoo and Wildlife Medicine.

Ce travail, qui représente la première étape pour améliorer le diagnostic et le traitement des cardiopathies chez les grands félins, a pu voir le jour grâce à la Fondation Un Cœur et l’Association Yaboumba réunies.

logoFondationUnCoeur1

Publications :

Norin Chai, Luc Behr, Valérie Chetboul, Jean Louis Pouchelon, Rudy Wedlarski, Emilie Tréhiou-Sechi, Vassiliki Gouni, Charlotte Misbach, Amandine M. P. Petit, Aude Bourgeois, Thierry Hazan, and Nicolas Borenstein (2010) Successful Treatment of a Congenital Pulmonic Valvular Stenosis in a Snow Leopard (Uncia uncia) by Percutaneous Balloon Valvuloplasty. Journal of Zoo and Wildlife Medicine: December 2010, Vol. 41, No. 4, pp. 735-738.

Lien vers l’article : snow leopard-stenosis
Norin Chai, Thierry Petit, Muriel Kohl, Aude Bourgeois, Vassiliki Gouni, Emilie Trehiou-Sechi, Charlotte Misbach, Amandine Petit, Cécile Damoiseaux, Audrey Garrigou, Raphaëlle Guepin, Jean Louis Pouchelon, and Valérie Chetboul (2015) PREVALENCE OF VALVULAR REGURGITATIONS IN CLINICALLY HEALTHY CAPTIVE LEOPARDS AND CHEETAHS: A PROSPECTIVE STUDY FROM THE WILDLIFE CARDIOLOGY (WLC) GROUP (2008–2013). Journal of Zoo and Wildlife Medicine: September 2015, Vol. 46, No. 3, pp. 526-533.

Lien vers l’article : JZWM2015-FELIDS

Cambodge – Teuk Tchou Zoo

Premières études Vétérinaires sur des espèces animales rares et menacées du Cambodge.


Ce projet a consisté en l’élaboration d’une action pluridisciplinaire centrée sur le soutien au Centre Animalier de Kampot (Teuk Tchou Zoo) et zoo de Prey Veigne.
La finalité est double :
– action d’information et de sensiblisation des populations locales
– développement d’élevage conservatoire d’espèces menacées

les objectifs immédiats du projet étaient de plusieurs ordres :
Des objectifs scientifiques : ce projet représente la toute première étude vétérinaire jamais effectuée sur des espèces animales rares du Cambodge.
– Collecter des données physiologiques et biologiques sur des espèces menacées dont, pour la plupart, aucune donnée n’existe à l’heure actuelle : vidéos d’endoscopies, paramètres hématologiques, parasitologiques…
– Identifier d’éventuels problèmes sanitaires dans le but de poser les bases d’un programme de prophylaxie sanitaire (conduite d’élevage, conditions de détention, quarantaine…).
– Améliorer la gestion de l’élevage et de la reproduction des espèces d’oiseaux du Parc, notamment par le sexage systématique des oiseaux n’ayant pas de sexe phénotypique.

Des objectifs zootechniques :
– Aide à l’identification et au marquage des animaux : transpondeurs, bagues…
– Inventaire précis de la collection du centre
– Aide technique à l’aménagement des enclos
– Réflexion et esquisse d’un plan général de collection
– Rédaction d’un schéma directeur pour :
j Le développement du Centre : développement touristique, orientations pédagogiques
j L’incitation à des collaborations nationales et internationales (programmes d’élevage)

Les objectifs à long terme du projet :

– Participer à la conservation de la biodiversité du Cambodge et en particulier de son patrimoine faunistique par l’élaboration de programmes d’élevage rigoureux et suivis.
– Collecter un maximum d’informations zoologiques et vétérinaires sur certaines espèces animales pour participer dans un second temps à d’éventuels programmes de réintroduction.

Cette étude, par son originalité et ses résultats inédits, donnera matière à des communications scientifiques et médiatiques nationales et internationales. Ce projet, véritable vitrine pédagogique vivante, permettra aux Cambodgiens d’appréhender la variété de leur faune, les invitant ainsi à la Conservation et à la Protection de ce patrimoine naturel mondial.

Communication scientifique significative :
CHAI, N, ROMAN, Y, PIGNON, CP, SIMON, R, RIGOULET, J, 2006. Endoscopy, a precious tool for wildlife conservation. European Association of Zoo and Wildlife Veterinarians. 6th scientific meeting. May 19-23, Budapest, Hungary.